Zéro blabla, zéro tracas! jouissance comprise!

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Zéro blabla, zéro tracas! jouissance comprise!Comme cela faisait 4 à 5 jours que je ne m’étais pas masturbé jusqu’à l’éjaculation, j’avais envie de jouir. Depuis que je dois satisfaire mes besoins seul, il y a des jours où je ressens le besoin de le partager. Je suis donc retourné vers 11h sur l’aire d’autoroute. Je ne sais pas si une femme peut le comprendre ! On est juste là pour le sexe et comme on est du même sexe, alors c’est la bite qui est la seule présente à ce moment.En mettant le clignotant pour y accéder, j’avais déjà tout l’esprit sur le moment de la rencontre avec un inconnu, d’aller dans les WC et de permette à nos bites de se rencontrer.Après avoir arrêté le moteur, je m’étais dirigé vers les toilettes. L’air de rien, en buvant un café et fumant ma clope tranquille, j’ai vu un homme dans une voiture qui tournait la tête régulièrement vers les toilettes hommes. Je m’étais positionné de telle façon que je pouvais voir les entrées et les sorties et au fond, après les urinoirs, le WC avec la porte entrouverte.Il était garé à une dizaine de mètres et je remuais ostensiblement ma main gauche enfoncée dans la poche laissant facilement imaginer ce qu’elle pouvait y faire.Je n’ai pas eu à attendre longtemps, c’est un vieil homme comme moi qui sortit de la voiture et qui se dirigea vers les toilettes après avoir fermé sa voiture.Il passa afyon escort devant moi sans me regarder et après avoir laissé sortir un usager, s’y engouffra.Arrivé jusqu’au WC, il y disparu après m’avoir regardé de loin.La porte étant resté entrouverte, je n’attendis plus. Aucun homme s’en approchant, j’entrais dans les toilettes, jetai le gobelet de café dans la poubelle et entra dans les WC. J’étais désormais passé dans un autre monde, dans le monde de la bite.Le cœur battant d’éprouver ce moment tant attendu, je refermais sur moi la porte. Il avait déjà sa bite sortit qu’il branlait. Je descendis la fermeture éclair de ma braguette et sortit la mienne fébrilement pour me mettre à la branler à mon tour.Aucun mot, aucun regard : nous avions nos regards fixés sur la bite de l’autre.De l’autre côté de la cloison des WC, côté toilette, des voix de femmes, des vacancières.Sans rien se dire, nous avons échangé nos mains. Je me saisis de ce bout de chaire flasque et tiède pour continuer à le branler. Je sentis alors la chaleur d’une main qui se saisissait de mon bout de chaire pour le branler également.D’une voix à peine perceptible, nous exprimions nos premiers contentements : « putain c’est bon ! » ? Nous nous étions installés debout l’un en face de l’autre, tête baissée à nous regarder nous branler.Les voix féminines de l’autre côté escort afyon de la cloison étaient à la fois gênantes et excitantes. Pouvaient-elles imaginer elles-mêmes que deux vieux hommes en manque se masturbaient mutuellement ?Un long moment s’écoula ainsi sans rien dire mais l’esprit tourné uniquement sur ces instants de plaisir.Cette gêne faisait que ni l’un ni l’autre ne bandions. On s’est regardé amusés de ce manque de réaction alors que nous manifestions du plaisir à branler.Je lui demandais s’il avait envie que je le suce. Il me dit non d’emblée. Puis se reprit : « si tu veux ».Je m’agenouillais devant lui et portais sa bite à ma bouche.Fine, longue et flasque avec son bout rose sans prépuce, je la prenais entièrement en bouche. Mes lèvres se sont serrées sur le corps de sa bite et de la langue j’en excitais le frein. Je ne saurais plus dire ce long moment passé ainsi.La porte des WC était fermée, nul danger d’être surpris. Le monde des vacanciers autour mais ignorant de ce qui se passait, je revenais sans cesse sur cette image du passage, en quelques secondes, du monde social à ces instants de jouissance intime : agenouillé devant un vieil homme que je ne connaissais, je lui suçais sa bite tout en lui pelotant à plaine main les bourses pour mon plaisir mais avec l’envire de le faire jouir.Extraordinaire.J’y prenais du plaisir afyon escort bayan et au vue de son visage que j’observais d’en bas, les yeux fermés, lui aussi goûtait le plaisir immense d’être sucé. Il était parti ailleurs.Au bout d’un long moment, il m’avoua à voix basse qu’il n’arriverait pas à se lâcher du fait des entrées et sorties des toilettes des femmes !Je me relevais, un peu déçu de ne pas l’avoir fait jouir. Il se tourna vers la cuvette et se finit en se branlant. Je m’étais moi-même remis à me masturber énergiquement. Il me laissa la place silencieusement quand je l’avertis que j’allais moi-même jouir. J’éjaculais debout face à la cuvette pendant qu’il se rhabillait. Il enleva le verrou et sortit discrètement. Je refermais la porte tout de suite après qu’il soit sorti pour m’essuyer le sperme que j’avais fait coulé sur mon short. Je me rhabillais et sortis à mon tour.Il m’attendait en dehors des toilettes. Pas trop prêt l’un de l’autre, nous nous sommes enfin regardés pour la première fois et avons entrepris d’échanger sr nos besoins de jouissance, de partage mais aussi de gêne à cette époque de l’année des vacances scolaires ! La vie sociale reprenait ses droits.Avant de nous quitter, nous avons pris soin de connaitre les habitudes de l’autre concernant la fréquentation de cette aire d’autoroute. Je crois que nous nous reverrons.J’écrivais au début qu’une femme ne pourrait pas comprendre: 15 minutes à 20 minutes chrono peut-être, jouissance comprise! Je suis arrivé avec mes envies, je repars satisfait.Une femme peut-elle comprendre ce type de sexualité?

Ben Esra telefonda seni boaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

  • tags

Related Posts

Got Something To Say:

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

*
*