Soumis à ma belle-mère (14)

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Soumis à ma belle-mère (14)Un « coming out » ratéNous faisons l’amour dés que nous le pouvons. Nous sommes très amoureux l’un de l’autre et cela dure depuis plus d’un an. Je suis stupéfait de désirer autant ma belle-mère, son corps menu, son visage fin, des détails qui trahissent son âge avancé et qui me touchent tant. Un baiser tendre sur sa bouche fine et mon désir d’elle démarre sans faille. Comment ai-je pu aimer sa fille ? Pourquoi n’ai-je plus de désir pour mon ex-femme ? Pourquoi n’ai-je pas vu pendant toutes ces années ma belle-mère comme un femme hautement désirable ? Nous continuons à discuter sur l’idée de nous mettre en couple officiellement ou bien de garder le statu quo actuel. Je vois que Béatrice est demandeuse d’une séparation de son vieil époux et envisage d’annoncer notre liaison. Cette situation serait diabolique et inédite : qui peut prévoir les réactions des uns et des autres ? Quelles conséquences affectives ? Patrimoniales ? Je suis sceptique et redoute que notre couple s’isole alors que nous souhaitons tous les deux continuer d’aimer et de voir nos proches.D’un autre coté, ma belle-mère-Maitresse adorée a pris contrôle de toute ma vie : argent, amour, activités, sexe… Je veux la garder et la satisfaire, elle est si exigeante, si forte, si classique, et devenue si lubrique… je l’aime comme un fou et je me soumets à chaque instant avec dévotion et plaisir à tous ses caprices de Maitresse-femme. Alors pourquoi lui refuser cet ultime pas ? Lorsque nous sortons dans un lieu éloigné de nos domiciles, les personnes que nous croisons comprennent vite que, malgrè la diffèrence d’âge, nous formons un couple car nous nous tenons par la main ou bras dessus dessous. Ces instants volés sont si précieux : pourquoi ne pas vivre pleinement notre vie ?Un anniversaire risquéPour fêter ses 72 ans, ma belle-mère a décidé de faire un déjeuner dominical chez elle avec les membres de notre famille : son mari (mon beau-père), mon ex-femme Anne et nos deux filles, ma belle-soeur, Nathalie, divorcée et ses enfants, et un couple de leurs amis. Ce jour-là, après avoir nevşehir escort enfilé la culotte de couleur chair qu’elle a porté la veille et m’être habillé, j’accompagne ma divine Maitresse faire quelques courses. Plus tard, un employé viendra faire les préparations pour le déjeuner et servir à table. Comme nous nous voyons si souvent, et que nous parlons tant d’un éventuel coming out, nous faisons de moins en moins attention à ne pas nous montrer en couple dans notre environnement, mais pour l’instant nous n’avons éveillé aucun soupçon. Dans des endroits isolés de notre promenade matinale, j’enlace Béatrice et nous nous émerveillons de notre bonheur.C’est mon ex-femme et sa soeur qui ont réuni de quoi faitre un cadeau à leur mère. Elles ont décidé de lui offir des fleurs et un album de photos électronique à poser sur un meuble. Vers le dessert, ma belle-mère prend la parole pour nous remercier de notre présence et des petits cadeaux. Puis elle se retourne vers moi, sans que je ne m’y attende :- Jean, je pense que tu as quelque chose à nous dire.Je suis saisi d’effroi : elle me met sur la sellette et espère que je vais annoncer notre relation. Je ne suis pas prêt, et un vertige me prend. Que répondre, tous se tournent vers moi, des sourires aux lèvres…- ……et bien, Jean, tu as bien quelque chose à annoncer ?Je suis au pîed du mur, mais je fais une pirouette :- Belle-maman, vous faites certainement allusion à mon travail. Oui en effet, il me laisse un peu de temps et je me suis lancé depuis plusieurs mois dans l’écriture d’un livre. Des propositions sont envoyées aux éditeurs, j’attends les réponses. Souhaitez moi bonne chance !- Ah c’est tout ? Fait ma belle-soeur,- enfin je veux dire félicitatons pour ce travail, je suis très curieuse de lire ton roman : peux-tu nous l’envoeyr. Jean, écrivain ça lui va bien ! Tu es un super beau-frère, je suis sure que ça va marcher.Je vois le visage de ma bele-mère se fermer. Je vais passer un mauvais quart d’heure lorsque nous serons seuls.Béatrice se déchaîneSans nouvelles depuis, ce n’est que dans la soirée du lendemain escort nevşehir que ma Maitresse adorée me rejoint chez moi. Nous discutons à nouveau aprement des avantages et inconvénients à annoncer notre relation, et je vois qu’elle est décidée : elle veut me poséder totalement et officiellement. Sans nous embrasser et sans mots gentils, elle me demande de me déshabiller et m’attache debout les bras en croix sur les fixations que nous avons installées sur l’un de mes murs. Sans consigne de sa part, je ne porte pas ma cage de chasteté. Je ne peux plus bouger ni mes bras ni mes jambes dont les pieds sont fixés au sol, chacun à un bon mètre de distance, m’obligeant à écarter mes jambes. Je sais ce qui m’attend et je m’abandonne avec crainte et plaisir. Elle reste habillée d’un jean et d’un haut brun moulant. Je la vois comme souvent, ferme et décidée. Elle vient poser sur mes tétons des pinces à linges. La douleur est forte mais supportable. De sa voix haut perchée, les lunettes sur le nez, elle commence sa leçon de Maitresse dominatrice :- Jean, tu m’as tellement déçue. Je pensais que tu étais un homme capable d’assumer les choix de sa vie. Tu m’as fait toutes ces promesses d’amour, et….rien. Je ne l’accepte pas. Tu es devenu mon époux, mon mari, mon amant et mon compagnon pour le reste de ma vie. Je te possède et tu m’appartiens. Ne recommence jamais une échappatoire comme celle-là. Tu as été minable, un pauvre type incapable de prendre une décision…J’attends que tu promettes d’annoncer notre couple : je ne te libérerai pas de ta situation de soumis ridicule tant que tu ne seras pas décidé.Béatrice att**** le martinet dans notre amoire à malices, et commence une série de coups sur le devant de tout mon corps, appliqués sans ménagement. Je balbutie de vagues excuses, heureux en fait d’être soumis à son rude courroux. Je suis curieux de voir jusqu’où elle va aller, et je l’arrêterai quand j’en aurai assez. Elle stoppe ses coups, retire son jeans, descend sa culotte couleur chair, qu’elle retourne, frotte le gousset contre sa chatte et son anus, puis nevşehir escort bayan l’enfourne dans ma bouche. Elle reprend ses coups, les pinces sur mes seins sautent, elle les remet méchament et poursuit ma punition.Mon corps est maintenant zébré de stries roses. Elle fait une pause, va boire un verre d’eau, puis revient vers moi continuant d’attendre ma décision. Béatrice att**** dans sa man gauche la base de mes parties génitales, et vient claquer de sa main droite mes testicules. Mon corps se tend car elle ne fait pas semblant. Mon pénis reçoit aussi ses claques vicieuses. De sa main gauche entourant la base de mes parties, elle étire maintenant l’ensemble, puis reprend des coups de son poing droit. Là, je commence à flipper car j’ai mal et je la vois décidée à poursuivre sans pitié. Mes parties sont rougies et endolories. Mon cœur bat très vite sous la douleur et je comprends que je vais tomber dans les pommes. Alors, de ma bouche encombrée par son chiffon intime et parfumé des effluves de sa chatte et de son anus, j’exprime enfin des excuses :- Béatrice, pardonnez-moi de n’avoir pas eu le courage d’annoncer notre liaison. Je suis un soumis minable. Nous annoncerons notre couple à nos familles et nos amis dés la prochaine occasion. Tant pis pour les conséquences, je veux vivre avec vous. Je suis votre homme, enfin totalement soumis. Je voudrais vous épouser bien que cela soit impossible mais nous pourrions avoir une sorte de cérémonie intime à ce sujet,…et je vous remercie de m’avoir donner cette punition dure mais légitime. Ma belle-mère adorée, je vous aime pour toujours.Sur ces mots, je reçois une gifle cinglante, une dont on se souvient. Je suis étourdi.- Tu n’as rein compris, imbécile. Je ne suis plus ta belle-mère désormais, je veux être ta femme. Je suis ta nouvelle femme. Et notre relation existe dans le cadre que nous avons mis en place ensemble : tu es mon mâle soumis, je suis devenue ta Maitresse dominatrice, et nous sommes en couple aux yeux de la société. C’est compris ?- Oui Béatrice, je vous veux désormais comme ma femme et ma femelle.Mes paroles sincères la touchent enfin, elle me détache, et je récupère doucement de cette séance sadique. Mon corps est endolori, nous devisons calmement. Je ne peux lui faire l’amour. Elle décide de rester dormir chez moi. Nous nous enlaçons sur l’oreiller.

Ben Esra telefonda seni boaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

  • tags

Related Posts

Got Something To Say:

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

*
*