L’Apprentie – Acte Un

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

L’Apprentie – Acte UnLa soirée est déjà bien avancée quand je regagne ma voiture dans le parking souterrain où je la gare dans la journée. Je peste en découvrant qu’une fois de plus, la moitié de l’éclairage est en panne. Pourtant, vu les charges que je paye pour mon cabinet, le syndic pourrait faire un effort.Dans cette semi-obscurité, je fouille dans mon sac à main pour att****r la clé de ma voiture. Ce sac est un vrai trou noir, il faut vraiment que j’en change. Tout ce que j’y mets, disparait. Après quelques secondes, je tombe sur une carte de visite. Je la regarde étonnée : comment a-t-elle pu arriver là ?Mon sac ne me quitte pas.Installée au volant, je regarde ce petit carton sur lequel sont écrits quelques mots et un numéro de téléphone : “Je vous observe depuis un certain temps. Vous semblez à avoir un potentiel certain. Veuillez me contacter au 06. XX. XX. XX. XX”.Je pose la carte sur le siège passager et je démarre. Je me demande bien qui est cette personne qui m’observe et que veut-il dire par “vous semblez avoir un potentiel certain”. Je fais partie de ces femmes invisibles que personne ne remarque dans une assemblée, une femme banale sans originalité mais suffisamment sociable pour que l’on ne parle pas de moi en disant : celle qui est toujours dans son coin.Veut-il parler de mes compétences professionnelles ? Quelque chose en moi me dit qu’il s’agit d’un homme. Mes compétences professionnelles, mais, pourquoi le serait-ce, me contacter de cette manière ? Je suis une simple orthophoniste, je reçois dans mon cabinet surtout des enfants qui sont plus souvent en difficultés scolaires qu’en réel besoin de rééducation fonctionnelle, sans parler de tous ces enfants diagnostiqués particuliers par leurs parents et qui ne sont que de simples enfants mal élevés… Je prends beaucoup plus de plaisir dans les deux jours que je passe au centre de rééducation fonctionnel à aider les victimes d’accidents de la vie à retrouver l’usage de la parole. Peut-être devrais-je renoncer à mon cabinet pour travailler à temps plein dans ces institutions ? Certes, je ne serais plus indépendante, mais je ne serai plus harcelée par les différentes administrations.Enfin chez moi, après avoir dû faire un détour pour éviter les bouchons de la voie rapide, je pose mes affaires sur le petit meuble de l’entrée. Je me sers un verre de rosé bien frais et appelle ce numéro mystérieux.— Bonjour, nous sommes fermés à cette heure. Merci de laisser un message.Mince ! Un répondeur, je déteste cela, mais je laisse un message.— J’ai trouvé votre carte, je me permets de vous rappeler. Je suis Virginie et mon numéro est le xx xx xx xx xx.En fait, me dis-je, c’est idiot de laisser mon numéro, il le verra bien apparaître. Je hausse les épaules et appelle mon mari qui est en mission pour plusieurs moi dans un pays asiatique. Là encore, je tombe sur son répondeur. Il est vrai que c’est le milieu de la nuit là-bas. Je lui dis que tout va bien et que je n’ai rien de particulier à lui raconter. Je ne lui parle même pas de ce mystérieux carton.Les jours suivants, je vis ma vie sans aucune nouvelle, j’en ai presque oublié le message quand en début de matinée, juste avant mon premier patient, mon téléphone sonne. Un numéro masqué, qu’est-ce que cela peut m’agacer.— Allo !— Bonjour, Virginie, merci d’avoir répondu aussi vite. Désolé, j’ai été très occupé ces derniers jours La voix est calme, douce, envoûtante. Je frissonne en l’entendant, serait-ce l’auteur du message ?—Je vous observe souvent au restaurant — De quel potentiel parlez-vous ? dis-je sur la défensive, légèrement contrariée. Vous m’espionnez ? — Comme je le disais, je vous observe. J’ai vu votre regard plein d’ennui et d’espoir … celui qu’ont les femmes mariées lassées de n’être qu’une professionnelle et une gestionnaire d’intendance — De quoi parlez-vous ? — Je connais ces regards qui implorent la reconnaissance, l’aventure, le changement … — Je ne comprends pas, de quels changements parlez-vous — De ces souhaits enfouis que vous avez— Que savez-vous de mes souhaits — L’érotisme, la sensualité, être aimée et aimer sans contrainte ni condition, la Liberté d’assouvir vos désirs sans crainte des jugements …— Mais vous akdeniz escort me prenez pour qui ?— Décidément, cet homme a du culot me dis-je, il doit me confondre avec un autre personne. Mon être me dit que je devrais raccrocher et couper là à la conversation, mais une part cachée au fond de moi, ma part obscure peut-être me pousse à continuer. Aussi quand j’entends ces derniers mots, je me sens frustrée.—Bien, je vous laisse. Recontactez-nous quand vous vous sentirez prête… Quand vous serez prête à changer…Cette conversation me trotte dans la tête tout le reste de la journée et tout le week-end. C’est vrai que mon couple est entré dans la routine quotidienne, mes relation avec mon mari sont bonnes, mais sans plus. Mais de là à imaginer avoir une relation extra-conjugale, il y a un pas que je ne suis pas prête à franchir. Car c’est bien de cela qu’il parlait quand il me parlait d’érotisme, de sensualité, d’aimer, d’être aimée.Pour penser à autre chose, je m’active sur le ménage et le jardin. Jamais ma maison n’a été aussi propre et mes plates-bandes aussi nettes.Le lundi matin, au cabinet, je reçois un message sur mon téléphone : ” Êtes-vous prête à changer ? Ce midi, je serai au restaurant chinois, comme d’habitude. Au moment de payer l’addition, demandez l’enveloppe à votre attention”Ce message pique ma curiosité au vif, mais au moins je saurais qui est mon mystérieux interlocuteur.Pendant que je mange, je regarde discrètement les autres clients en espérant trouver un signe qui me permettra de découvrir l’homme mystère. Mais je ne trouve aucun indice, tous semblent absorbés par leur repas, leur conversation ou leur téléphone. Aucun ne me regarde particulièrement. Je me demande ce que peut-être cette enveloppe qui m’attend à la caisse.Quand je demande l’addition, je dis à la serveuse qu’elle doit avoir une enveloppe pour moi.— Oui Madame ! Je vais la chercher.Elle revient et elle me tend une grande enveloppe marron en souriant.Je l’ouvre et je découvre un questionnaire sur plusieurs pages avec écrit sur l’en-tête : “merci de répondre maintenant et de remettre l’enveloppe à la caisse”.Plus je lis les questions et plus je rougis, c’est un questionnaire qui me demande de détailler mon intimité, ma vie sexuelle et mes désirs les plus fous, depuis mes premières règles, jusqu’à ce jour.Je commande alors un thé au jasmin pour prendre le temps de répondre à ce que je prends pour un jeu. Tout y passe : sexe, mensuration, rasée ou poilue, échangisme, sodomie, triolisme, mélangisme, sm, lesbianisme, masturbation… envies sexuelles … heures de disponibilité … Je dois déballer toute ma vie sexuelle en cochant des cases. Pour chaque thématique, “avez-vous essayé ?”, “avez-vous aimé ?”, souhaitez-vous recommencer ?”, “souhaitez-vous essayer ?”, ” oui / non”.Je commence par répondre aux questions que je qualifierais d’administratives, mon âge, mes mensurations, l’âge où j’ai été réglée, l’âge de ma première pipe, l’âge de ma première relation sexuelle, l’âge de ma première sodomie. Plus je descends dans le questionnaire et plus je suis troublée, confuse. Je réponds à la plupart des questions que je n’ai jamais fait les pratiques proposées mais que je suis tentée d’essayer.Arrivée au bas de la dernière page, un numéro de téléphone et une demande de photos : un selfie habillée, un selfie poitrine nue et un selfie nue qui doit dévoiler ma poitrine et mon sexe.Je me lève et je me rends aux toilettes. Cela me prend quelques minutes pour réussir à prendre des photos de moi nue, mais j’y arrive. Je les envoie au numéro et je rejoins ma table. Je réalise que dans mon trouble, j’avais laissé mon sac sur le dossier de ma chaise. Heureusement que les serveurs veillent et que je sais qu’on peut laisser ses affaires, ici, sans crainte.Je règle l’addition et je rends l’enveloppe avec le questionnaire à la serveuse qui est toujours aussi souriante. J’imagine qu’elle ignore ce que l’enveloppe contient.Des papillons dans le ventre, je regagne mon cabinet. Jamais, même avec mon mari, je ne me suis livrée aussi intimement.Alors que je suis en train de tenter de faire un exercice avec un enfant récalcitrant, mon téléphone vibre. Un message apparaît mezitli escort sur mon écran : “J’ai eu vos coordonnées par un ami commun, je connais votre adresse, j’aimerais vous y retrouver pour discuter entre femmes”.Le message est accompagné de ma photo habillée. Je comprends alors que je viens de mettre le doigt dans un engrenage. S’il a mon adresse, il sait donc où je vis, me dis-je. Il m’avait dit qu’il me surveillait depuis quelque temps, mais c’est vraiment plus que de la surveillance. Je frissonne, mais mue par la curiosité, je réponds : “A quelle heure, voulez-vous me voir ?””Je te trouve exquise, je te veux pour apprentie. Je ne souhaite pas que ton mari soit présent. Je pense que tu as un peu de temps après ton travail.””Oui bien sûr, de plus il est en voyage pour 15 jours.””Bien, ça nous laisse du temps. À partir de maintenant, je te veux nue sous tes vêtements.” “Comment cela ?””Retire ta culotte maintenant !”J’attends d’être seule au cabinet et je me prends au jeu et retire ma culotte. J’informe ma mystérieuse correspondante qui me demande de lui montrer ma culotte de coton noire.Je la prends en photo sur mon bureau et j’envoie la photo.”Coupe-la avec des ciseaux et tu me renvoies une photo de ta culotte coupée”Je ressens un léger picotement, étrange, dans le bas ventre en répondant aux ordres d’une inconnue Je réalise aussi qu’en coupant ma culotte, je ne pourrais plus la remettre. Elle me demande alors de faire la même chose avec mon soutien-gorge. Sans réfléchir, je m’exécute. “Te voilà nue sous tes vêtements … tu as effectivement du potentiel” Je suis en train de franchir une frontière que je ne voulais pas franchir, cela me trouble. “Entre deux rendez-vous, je veux que tu frottes ton clito, que tu t’excites sans te faire jouir”. “Je te recontacte plus tard”Je suis gênée de travailler ainsi. J’ai l’impression de travailler nue et que mes patients voient ma nudité cachée. Entre deux rendez-vous, je me caresse. Le plaisir monte en moi, mais j’applique la consigne de ne pas jouir. Plus les rendez-vous se succèdent et plus l’excitation monte. Juste après mon dernier rendez-vous, comme si elle connaissait mon emploi du temps, un ultime message: “Es-tu assez mouillée pour poursuivre ton apprentissage ?” “Je le pense oui””Montre-moi ta chatte mouillée maintenant” Je prends une photo de mon entre cuisses que j’envoie”Décidément exquise … tu as du potentiel et je vais prendre plaisir à libérer la salope qui est en toi.”Ces mots me font rougir et m’excitent encore plus”Tu vas être merveilleuse sous mes doigts et à mes ordres, ma chère ?” “Je rentre chez moi.””Je t’y attends.” Je suis contente d’avoir pris la voiture ce matin et nonpas le bus pour venir. Je ne devrais pas affronter la foule nue sous ma robe.Je projetais de faire un peu de shopping, mais je change mon programme et je rentre chez moi directement. Je suis surprise de voir mon portail ouvert et une voiture dans la cour, à qui peut appartenir cette Mini orange ? Je ne connais personne qui possède ce type de voiture. Je gare mon petit monospace à côté et me dirige vers ma maison. La porte est ouverte. Un mélange de parfum féminin et d’odeur de cigarette traîne dans l’entrée. Je découvre une femme assise dans le canapé en cuir du salon.— Bonjour Virginie ! — Bonjour ! dis-je, surprise. Comment êtes-vous entrée ? — Notre ami m’a donné la clé… je t’en prie, fais comme chez toi.Je ne sais que répondre, comment a-t-il pu avoir ma clé ? Je repense au moment où je suis allée aux toilettes, en aurait-il profité à ce moment ? Il a vraiment des capacités que je ne soupçonnais absolument pas. Il semble en savoir beaucoup sur moi et je lui ai donné encore plus de pouvoir en répondant au questionnaire.Je pose ma veste et m’approche d’elle. Sans un mot, elle m’embrasse à pleine bouche et fouille ma chatte dilatée, trempée et impatiente. Je soupire, elle me doigte profondément. Je me laisse faire comme un pantin avide de caresses. Elle pétrit mes seins sans ménagement puis elle me repousse.Immobile, debout face à cette femme, dont je sens encore le passage de ses doigts dans mon intimité, je ne sais que faire.Je la vois lécher ma cyprine sur ses doigts, elle yenişehir escort me regarde un sourire vicieux déforme sa bouche.— Vraiment tu as un goût délicieux … déshabille-toi !Automatiquement, sans réfléchir, comme dans un état second, je retire ma robe qui tombe a mes pieds.— En ton absence, j’ai fait le tour de ton logement. J’ai vu que tu cachais certains objets et ton mari aussi d’ailleurs…— Comment cela ? — Ton mari cache des pornos et des objets sexuels. Quant à toi, tu as un joli ensemble très sexy. — En effet cette nuisette rouge avec son mini string, dis-je rouge de honte. Pour mon lari je m’en doutais un peu… ajoutai-je.— Tu dois être super mouillante dans cette tenue. Ton homme a des envies pour toi, mais apparemment, il ne t’a pas encore montré ses jouets !Elle sourit toujours aussi troublante alors que je m’expose nue devant elle, une main couvrant mon pubis et une sur ma poitrine. Elle allume tranquillement une cigarette. Je n’ose pas lui demander de l’éteindre. Je n’ai jamais fumé et je n’aime pas l’odeur du tabac froid.— Hummm, encore plus belle en réelle… retire tes mains que je puisse mieux te voir !Rouge de honte je retire mes mains et lui dévoile ma toison et mes seins en pommes.— Bien, il va falloir faire du “nettoyage” là ! dit-elle en ouvrant sa robe et en me dévoilant un pubis parfaitement lisse.— Oui je comprends !— Approche et montre-moi ce que tu sais faire avec ta langue.Je la regarde sans comprendre.— Bouffe-moi la chatte … tu sais lécher, tu sais ce que c’est une chatte … alors, lèche-moi la chatte, bordel !Elle s’assied sur le canapé en écartant les cuisses. Je viens me mettre à genou entre devant elle et approche mon visage de son entrecuisse. Timidement, je pose ma langue sur sa vulve. Elle m’att**** la tête et me force à lécher. Ma bouche est devenue son sex-toy. Elle finit sa clope pour mieux m’utiliser, laissant tomber les cendres directement sur le carrelage du salon.Je suis soumise à une femme. Elle guide ma tête vers ses plaisirs en la faisant monter et descendre sur sa fente. Ma langue touche parfois son anus. Elle gémit. J’aime l’entendre prendre plaisir sous mes caresses. Je redouble d’efforts pour la faire jouir en me disant que plus elle sera contente mieux ce sera pour moi Elle guide ma langue vers son cul. Je ne comprends pas l’attente et reste concentrée sur son clito. Mes doigts s’aventurent timidement sur ses lèvres inférieures. Elle me repousse et me regarde méchamment.Elle se met à quatre pattes et plaque ma bouche sur son cul.— Encule-moi avec ta langue et doigte-moi bien profond !Je rentre ma langue troublée par ce goût un peu âcre. Mes doigts fouillent les recoins de son vagin, je touche l’extrémité de son stérilet. Elle mouille abondamment et hurle son plaisir. Elle descend ma tête vers sa chatte pour jouir enfin dans ma bouche. Je découvre le goût de la jouissance d’une femme. Elle se rassoit et m’embrasse affectueusement sur le front. Elle prend une clope et m’en présente une.— Je ne fume pas !— Tu prends cette clope et tu fumes avec moi, ce n’est pas une question !Honteuse, je prends la clope et commence à fumer. Je tousse.Elle me regarde, amusée. Je m’efforce de ne pas la décevoir. Le goût de sa chatte et de son anus se mêlent au goût du tabac, dans ma bouche. Elle reste habillée et contemple mes formes avec délectation.Je lui souris respirant comme je peux. Mes tétons pointent au bout de ma lourde poitrine.— Tu as de très belles formes, nous avons tant à faire avec, ma chère, dit-elle en finissant sa cigarette. Mais maintenant, va dans ta chambre, regarde sous le côté du matelas de ton mari et reviens avec ce qu’il y a dans son vieux tee-shirt.Je me demande de quoi elle parle, mais je vais chercher ce vieux tee-shirt et son contenu. Elle l’ouvre : il y a un gode et un plug. Elle m’embrasse affectueusement sur le front.— Au revoir, ma chère, à très bientôt. Tu as réussi ta première épreuve avec succès et je suis fière de toi. Tu peux m’appeler “Mademoiselle” et quand “Monsieur” le souhaitera, nous te recontacterons pour la suite de ton apprentissage.Elle sort de la maison, je reste seule, toujours nue avec le gode et le plug entre les mains.Je mets quelques minutes à me ressaisir. J’aère la maison pour chasser l’odeur de cigarette et je vais prendre un long bain pour me détendre.Quand mon mari m’appelle, nous échangeons des banalités. Je ne lui parle ni de sa collection de pornos ni des deux sex-toys trouvés sous le lit.Fin de l’acte un.

Ben Esra telefonda seni boaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

  • tags

Related Posts

Got Something To Say:

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

*
*