L’APPRENTIE…06

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

L’APPRENTIE…06SUITE DE “L’apprentie…05″PRENDRE CE RÉCIT AU CHAPITRE 5 N’A PAS GRAND INTÉRÊT, N’HÉSITEZ PAS A LIRE LA TOTALITÉ DE CETTE HISTOIRE EN VOUS RENDANT SUR MON PROFIL POUR Y TROUVER LES CHAPITRES PRÉCÉDENTS – Lucie, ça va être l’heure de votre cours de tennis, choisissez-votre professeur, s’il vous plait !- Madame, lequel me conseillez-vous, j’ai déjà eu Antoine la semaine dernière et …- Quelque chose qui n’allait pas, Lucie ?- Non, Madame, il était parfait, à tout point de vue, mais j’aimerais en essayer un autre …- Prenez Tristan, alors, il est très doux. Il vient d’arriver.L’heure de cours passée, elle les vit revenir tous les deux, en sueur. Tristan accompagnait sa cliente. Elle avait la cinquantaine passée et elle était déjà presque flétrie. Elle était petite et un peu grassouillette. Pas de quoi faire bander un homme jeune qui ne l’aurait sans doute même pas regardée. Lucie Fernier était l’épouse du proviseur du lycée voisin, elle passait ses journées à s’ennuyer et avait cherché, avant de faire partie du club, dans les associations caritatives de quoi s’occuper. Elle avait été l’un de ses premiers membres et elle avait suivi l’évolution du Yin Yang, un centre de remise en forme spécialisé à destination des femmes. Elle en appréciait les évolutions, les nouveautés. Elle était maintenant une femme épanouie. Son mari, lui disait-elle la semaine dernière, regrettait que les hommes n’y soient pas admis.Madame y avait bien songé, tout allait être si compliqué à organiser qu’elle avait fini par abandonner. Pourtant, l’idée d’un second club, construit sur un site différent effleurait régulièrement son esprit.Elle les vit disparaitre dans la salle de douche. Ils choisirent une cabine double avec espace de massage. Lucie avait vraiment des envies coquines ce matin et Tristan serait une bonne recrue qui lui rapporterait des bénéfices.Sur l’écran de contrôle, ils étaient déjà nus. Elle voyait sa bite au zénith que Lucie palpait déjà. Tristan se laissait faire comme convenu dans le contrat. Il avait pour ordre d’être passif et prévenant, au contraire d’Antoine qui lui devait se montrer viril. Elle avait perçu une certaine réticence de Lucie la semaine dernière, c’est pourquoi, à l’écoute de tous leurs désirs, elle avait opté pour ce garçon.Lucie le fit allonger sur le dos, puis rampa tête bêche sur lui. Elle faisait frotter ses seins sur son visage, sur son torse, jusqu’à ce qu’elle puisse prendre sa verge en main. Elle l’admira longuement, se contentant de faire coulisser ses doigts autour pour le décalotter. Puis avec gourmandise, elle taquina le gland du bout de sa langue avant d’ouvrir grand ses lèvres pour le prendre en bouche.Elle ondula du bassin jusqu’à ce que son entrejambe bien ouverte se pose sur le visage de Tristan. Celui-ci ne tarda pas à jouer avec dextérité de la langue sur et dans son sexe, ravivant son plaisir. Elle sortit son gland de sa bouche, pour mieux le lécher du bas en haut de sa hampe, se concentrant sur chaque veine, chaque veinule. De temps en temps, elle était obligé de s’interrompre, trop absorbée par la langue de Tristan en elle, remontant un peu les fesses pour échapper quelques secondes à son emprise, de manière à reprendre le contrôle. Elle cherchait à faire durer leur jeu le plus longtemps possible. Lorsqu’elle sentit qu’ils étaient tous les deux proches du point de non-retour, elle reprit son membre pour le faire aller et venir dans sa bouche, faisant coulisser vigoureusement ses mains et plaquant sa chatte contre sa canlı bahis langue et ses lèvres qui aspiraient et suçaient son petit bouton en feu. Lorsque des giclées de sperme envahirent sa bouche, elle avala toute sa semence en laissant son plaisir l’envahir.Elle n’avait pas obtenu ce qu’elle cherchait. Elle fit signe à Tristan de s’allonger sur le banc. Ses seins lourds entre ses mains, elle se positionna pour que la bouche de Tristan soit contre sa chatte. Il commença à la lécher lorsqu’elle se retira.- Ne fais rien, laisse-moi faire, lui dit-elle dans un souffle.Sa chatte était maintenant contre la bouche de son professeur de tennis. Elle ondulait du bassin d’avant en arrière caressant en même temps son bouton. Tristan passif essayait vainement de suivre la cadence. Lucie accéléra encore, appuyant davantage sur le visage se son partenaire. Dans un dernier aller et retour, elle explosa dans la petite salle en râlant. Elle se leva presque immédiatement abandonnant Tristan à son sort. Elle se dirigea vers son vestiaire pour s’habiller.Tristan restait seul. Il avait été prévenu par Madame qu’il rendrait des services particuliers à ses clientes, mais c’était bien au-delà ce que qu’il avait pu imaginer. Il se rendit compte que le cours de tennis n’était qu’un prétexte pour procurer du plaisir aux femmes membres du club. Pourtant, Madame avait exigé des diplômes et des références. Il y avait là, quelque chose qui lui échappait, d’autant qu’il ne pourrait plus donner de cours avant un certain temps.Madame quitta des yeux un instant l’écran de contrôle. Un court éclat dans le lointain avait attiré son regard. Elle scruta par la baie vitrée de son bureau et ne vit rien qui puisse l’inquiéter. Elle pensa à un rayon de soleil frappant un objet métallique ou un morceau de verre dans la forêt avoisinante. Elle envoya, pour plus de sécurité, le gardien vérifier si un individu ne cherchait pas à s’introduire dans la propriété. Elle n’appréciait pas particulièrement que des rôdeurs, ou des voyeurs s’intéressent à ses activités.Elle savait que le Yin-Yang et sa discrétion était la cible des curieux. Il se murmurait que ces dames ne pratiquaient pas seulement le sport et que le centre était un lieu de débauche. Elle avait reçu, à plusieurs reprises, la visite des gendarmes sous couvert de bonnes relations avec un établissement huppé de leur secteur. Elle n’était pas dupe et savait pertinemment qu’ils fouinaient dans l’espoir d’accréditer les rumeurs. La famille, jusque-là, avait respecté les termes du contrat en la protégeant de toute intrusion.Sur l’écran, elle vit Tristan revêtu de sa tenue de sport qui discutait avec Lucie. Elle sortit de son sac quelques billets de cinquante euros qu’elle posa sur le banc avant de faire un petit signe amical de la main à son nouveau professeur qui compta la somme d’argent avant de la fourrer dans sa poche. Il venait de gagner 300 euros moins le tiers qu’il remettrait à Madame selon les termes du contrat.Lucie en entrant dans son bureau avait repris l’allure de Madame Fernier, la femme du proviseur. Elle avait cependant les joues un peu trop rouges et les yeux un peu trop brillants. Elle s’assit au bureau et demanda négligemment si Tristan serait libre pour un cours la semaine prochaine. Madame la fixa un court instant et lui demanda si elle ne préférait pas avancer son cours. Lucie hocha la tête et lui indiqua qu’elle avait réservé un cours de natation avec Alain pour la fin de la semaine.A nouveau, elle crut apercevoir un éclat qui provenait bahis siteleri de la lisière de la forêt. Elle scruta à nouveau par-delà le mur d’enceinte et ne vit rien qui puisse l’inquiéterElle fit le tour de son établissement par écran interposé sans rien déceler. Elle sentait, cependant, que quelque chose n’était pas tout à fait comme d’habitude. Elle secoua la tête pensant qu’elle finissait par croire à des dangers imaginaires. Tout était sous contrôle, comme d’habitude.Elle parcourut à nouveau les écrans et s’arrêta sur celui qui était situé dans le petit salon de massage. Elle aperçut Sandra qui se préparait. Elle était avec sa cliente, Denise Grandin, une célibataire qui possédait l’hôtel de la Poste à Champezac. Elle lui avait avouée, très vite après son inscription, qu’elle n’était pas attirée par les hommes et qu’elle souhaitait que le club recrute des femmes susceptibles de satisfaire ses penchants lesbiens. Madame y avait vu une opportunité et, elle s’appliqua à satisfaire les désirs de sa cliente.Elle découvrit lors de l’enquête préliminaire une jeune et jolie masseuse dans un petit salon parisien. Contactée discrètement, elle accepta l’offre qui lui était faite.Le regard rivé sur la silhouette de Sandra, elle la scrutait avec attention. Un petit sourire éclaira le visage de Madame, comme si, pour une fois, dans la solitude de son bureau, elle laissait transparaître ce qu’elle ressentait.Elle ferma les yeux et les mêmes images, les mêmes sensations l’envahirent. Elle la revit se dévêtant devant elle lors de son premier entretien et dévoilant peu à peu le corps parfait d’une jeune femme métissée. Ses longs cheveux frisés cachaient ses seins. Elle avait pris naturellement, sans ostentation, la pose d’une fille qui sait se mettre en valeur. Elle était délicieusement attirante. Madame n’avait cherché à résister davantage.Ouvrant les yeux, elle retint sa main et se contenta de l’observer. Sandra dans son short serré et portant un large T-shirt attendait que sa cliente fut complètement installée.Madame ferma à nouveau les yeux et respira profondément résistant à nouveau à la tentation. Elle sentit, comme la première fois, la chaleur des lèvres de Sandra sur sa peau. Son parfum épicé lui restait en mémoire. Elle la vit secouer la tête, remettre de l’ordre dans sa chevelure, découvrant sa poitrine. Elle se souvint de son envie irrésistible de toucher sa peau, d’en apprécier le grain et la douceur.Elle se souvenait également de la découverte troublante de sa fente intime, de ses grandes lèvres finement ourlées plus foncée, de sa démarche chaloupée lorsqu’elle s’était avancée vers elle et du galbe de ses fesses musclées.Madame savourait intensément le désir qui montait en elle. Elle ouvrit les yeux et vit Sandra penchée en avant, les mains luisantes qui pétrissaient le corps de Madame Grandin. La masseuse contournait habilement le sexe de sa cliente et ses mains s’attardaient à l’intérieur de ses cuisses.Madame frissonna, vivant par procuration les sensations de la cliente de Sandra.Elle ne résista pas longtemps à son envie. Elle intima à sa future employée de la suivre dans la pièce attenante. Il s’agissait d’un endroit réservé où personne n’avait accès. On y trouvait une petite table, un bureau, un canapé et une douche. C’était l’espace intime qu’elle s’était fait aménagé pour les quelquefois où elle restait au centre.Lorsque la porte coulissante de referma sur les deux femmes, Madame plaquant sa future employée contre la cloison l’embrassa, cherchant bahis şirketleri ses lèvres, sa langue pour un baiser profond et passionné. Ses mains exploraient le corps de Sandra découvrant à chacune de ses caresses un peu plus de sa partenaire. La masseuse répondit aux caresses de sa future patronne. Ses mains fiévreuses se firent insistantes sous le chemisier de Madame.Madame attira Sandra sur le lit, faisant sauter ses vêtements. Allongées l’une contre l’autre, elles continuèrent à se caresser. Madame écarta la chevelure de sa partenaire et déposa de petits baises qui allaient du cou jusqu’à la naissance des seins de Sandra. Cette dernière posa son index sur le petit bouton de sa future patronne lui arrachant un gémissement. Puis, délicatement, sans presque le toucher, elle en dessina le contour. Madame écartant les cuisses à recherche d’une caresse plus forte se colla contre elle.Ses lèvres ne lui suffisant plus, de sa langue, elle fit le tour des tétons de sa partenaire. Elle les aspirait et les mordillait provoquant également les gémissements de Sandra.Celle-ci se retira délicatement de l’emprise de Madame et ses lèvres en explorèrent le corps descendant insensiblement jusqu’à son sexe maintenant humide. Au contact de la langue de Sandra sur son bouton en feu, Madame sera les cuisses emprisonnant involontairement sa partenaire. Puis, les écartant à nouveau, elle la guida de sa main à l’endroit le plus sensible et s’abandonnant elle se laissa emporter.Elle n’était que désir inassouvi. Elle brulait au contact des lèvres, de la langue de sa partenaire. Elle chercha à reculer le moment où l’orgasme la prendrait. Sa chatte ruisselante était le centre de son attention. Elle poussa un cri sourd et maintint fermement la tête de sa compagne pour jouir encore des petits coups de langue et des baisers que Sandra s’appliquait maintenant à accompagner de caresses sensuelles.Madame, étouffant un dernier gémissement, se redressa et chevauchant sa partenaire, elle se positionna de telle sorte que sa chatte se masturbe contre celle de la jeune masseuse. Elle entreprit des mouvements de va-et-vient jusqu’à ce que leurs gémissements remplissent la petite pièce. Elle prit dans ses mains les seins de Sandra et les pétrit voluptueusement. La cadence s’accéléra. Cette dernière poussait des cris et elle saisit les hanches de sa patronne pour mieux la guider jusqu’à son plaisir. Un one traversa son corps et elle s’abandonna à sa jouissance.Madame s’allongea sur elle et la maintint prisonnière entre ses cuisses quelques secondes, la mordillant dans le cou avant de se lever et de se d’ordonner à son employée de quitter l’alcôve.Perdue dans ses pensées, Madame émergea lentement de ses souvenirs érotiques. Elle sentait son ventre, son sexe, sa poitrine envahis par une chaleur sourde. Sur l’écran, les deux femmes avaient momentanément disparu. Elle actionna la caméra et les vit ensemble dans la douche. Encore prise par ses pensées, elle scruta la forêt par-delà les grilles de la propriété par la baie vitrée. Remontant sa jupe, sa main se glissa jusqu’à son sexe trempé. Elle fit glisser sa culotte mouillée le long de ses cuisses. Elle appuya sa chatte contre la vitre plus froide espérant y trouver un peu d’apaisement. La chaleur irradiait toujours et la différence de température la maintenant dans le même état d’excitation. Lorsqu’elle se retira, elle laissa une trace humide contre la vitre.La matinée s’avançait et le club se remplissait peu à peu. Les clientes étaient toutes occupées avec leur professeur. Elle savait qu’elle avait un peu de répit avant que les cours ne se terminent. Elle consulta sa montre et décida de se rendre dans ses appartements privés…A SUIVRE SELON VOS COMMENTAIRES…

Ben Esra telefonda seni boaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

  • tags

Related Posts

Got Something To Say:

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

*
*